La Vème République à l’agonie ?

par Joël Villain

Macron, débarquant en politique, a poussé la logique monarchique de la Vème à ses extrêmes.

      –  Après avoir réalisé le score de 24 % au premier tour, élu par défaut contre Marine Le Pen , il se retrouve avec une assemblée toute entière « à sa botte »(57% sans compter le Modem) et a pu , donc, se sentir autorisé à toutes les outrances: déclarations méprisantes, arrogance affichée, mesures d’ injustice fiscale et sociales, mépris des « corps intermédiaires », largesses  financières de ses proches, mépris à vomir des élus corses etc etc…

      – Ministres et députés ne font pas mieux, et , au contraire, en rajoutent… C’est Aurore Berger, déclarant que les retraités ne sont pas à plaindre puisqu’ils « font trois repas par jour », c’est l’illustre président des élus macronistes déclarant que le gouvernement avait été « trop intelligent et trop subtil » pour les français. Jamais, dans l’histoire de la Vème, on n’avait assisté à un tel déballage d’insanités.

      – Macron aurait du faire sienne la maxime d’Henri Emmanuelli « Moi, je suis comme Pinnochio, j’ai un grillon sur l’épaule qui me répète tous les soirs que tout peut s’arrêter demain et c’est la seule chose qui rend la politique supportable »

      – La crise actuelle ressemble bien à une « crise de régime », les revendications des gilets jaunes , pour, entre autres, le RIC, en sont le symptôme. Mouvements des lycéens, des policiers, des agriculteurs des infirmières et autres, le malaise est profond et le gouvernement court, de ci de là , essayant de coller des rustines pour sauver une embarcation qui ressemble de plus en plus au « radeau de la méduse »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :